La taille ne doit pas être systématique mais dans certains cas elle présente plusieurs intérêts. Elle permet de donner la forme souhaitée les premières années et favorise la floraison ainsi que la fructification.

Conseil : Il vaut mieux réfléchir aux dimensions adultes des végétaux pour éviter de surcharger les massifs et limiter les interventions de taille.

Les arbustes

Période de taille :

Pour ne pas stresser la plante ou se priver de sa floraison il faut intervenir au bon moment. La période de floraison et le type d’arbuste vont déterminer la bonne période d’intervention.

Les arbustes caducs à floraison printanière sont taillés après leur floraison en fin de printemps. Ils fleurissent sur le bois de l’an passé donc si vous les coupez trop tôt vous vous priverez de leurs fleurs.

Les arbustes caducs à floraison estivale sont taillés en fin d’hiver. Cette opération favorise la pousse de jeune bois, précisément celui qui portera les fleurs dans l’été.

Les arbustes persistants se taillent au début du printemps. C’est à cette période que vous pouvez donner une forme à vos arbustes ou à vos haies. Si vous avez besoin de rabattre fortement le volume de vos arbustes persistants c’est le meilleur moment. Au début de l’été et de l’automne on se contentera juste de rafraîchir la plante en rééquilibrant sa forme et en coupant les branches disgracieuses.

Méthode de taille :

Il vaut mieux procéder par étapes pour éviter les erreurs et prendre son temps. Pensez aussi à prendre du recul sur votre travail pour vérifier l’allure générale de la plante.

Étape 1 : Éliminez les branches mortes, cassées ou malades et coupez celles qui sont disgracieuses. Vous pouvez aussi couper les rejets qui partent de la base.

Étape 2 : Pour aérer la plante, coupez les branches vigoureuses qui poussent à l’intérieur et les autres rameaux qui partent en direction du centre.

Étape 3 : Finissez par la taille de la périphérie et du dessus. Coupez progressivement les branches en faisant le tour de la plante et en regardant de régulièrement le résultat.

Les arbres d’ornement

La plupart des arbres d’ornement prendront leur forme naturelle sans besoin de les tailler. Lorsque l’arbre est jeune vous pouvez néanmoins réaliser une taille de formation.

Le choix d’un arbre dans un jardin doit être réfléchi. Il vaut mieux se renseigner sur son développement et sa taille adulte avant de le planter pour éviter de devoir le tailler fortement voire de l’abattre.

Période de taille :

Les arbres caducs :

Leur taille se pratique à l’automne après la chute des feuilles. A cette période la plante est en repos végétatif et la sève est redescendue dans le tronc. Comme pour les arbustes il faut éviter les périodes de gel. Il vaut mieux éviter la taille au printemps. A cette époque la sève remonte et les coupes peuvent entraîner des écoulements importants qui affaibliront l’arbre.

Les arbres persistants :

En général la taille se pratique à la sortie de l’hiver (Février-Avril) juste avant la reprise de végétation.

Méthode de taille :

Sur les jeunes sujets, la taille de formation vous permettra de donner la future forme de l’arbre. Le but est de conserver les branches charpentières qui détermineront la structure de l’arbre adulte.

La taille d’un arbre est proche de celle d’un arbuste. Selon le même principe il faudra supprimer les branches cassées, les départs du tronc et les rameaux qui se croisent.

Lorsque l’arbre est suffisamment développé (4 à 5 ans) repérez les branches qui donneront l’allure de l’arbre (charpentières). Choisissez les en fonction de leur direction pour que l’arbre ait un port homogène. Elles devront aussi être suffisamment espacées pour laisser passer la lumière.

Le temps que vos charpentières soient bien formées vous devrez juste tailler les branches superflues chaque année. Lorsque votre arbre aura la forme souhaitée, vous n’aurez plus à vous en occuper.

Les arbres fruitiers

La raison principale de tailler les arbres fruitiers est d’améliorer la production et la qualité des fruits. On va donc chercher à orienter les rameaux pour un meilleur ensoleillement (rameaux à l’horizontale plutôt qu’à la verticale), mais aussi supprimer le bois mort et les branches inutiles.

Période de taille :

Les arbres à pépins :

On taillera principalement en période de repos végétatif (en hiver, lorsque les arbres n’ont pas de feuilles).

Les arbres à noyaux :

On préférera une taille en vert en fin d’été afin de leur permettre une meilleure cicatrisation.

Méthode de taille :

La taille des fruitiers est complexe car il faut savoir différencier les bourgeons qui donneront des fruits de ceux qui produiront des branches. La méthode présentée ici reste simple et vous permettra d’obtenir des fruits et de régénérer vos arbres. Si vous cherchez absolument à obtenir un rendement optimal vous pouvez approfondir le sujet par des recherches complémentaires.

Le plus important est de maintenir un arbre aux branches aérées pour que les fruits bénéficient d’un maximum d’ensoleillement. Comme pour les arbustes, la taille permet de rajeunir la plante et de créer de nouveaux rameaux qui produiront des fleurs et des fruits. De la même manière vous devrez donc couper les bois morts, les rejets du tronc et les branches qui partent vers le centre.

Après cette première opération, le rajeunissement va consister à anticiper le renouvellement des branches fruitières. Les jeunes branches poussent vers le haut pour capter la lumière. Elles donneront les futurs fruits. Celles qui ont déjà largement fructifié sont courbées vers le bas, de même que le vieux bois. Parfois de grandes branches vigoureuses poussent à la verticale. Il faudra aussi les supprimer car elles ne donneront pas de fruits.

Les rosiers

La taille d’un rosier est une étape importante car elle va permettre d’avoir de belles fleurs. Il existe plusieurs catégories de rosiers. La méthode de taille et la période dépendra du type de rosier.

Période de taille :

En général les rosiers sont taillés en période de repos végétatif en prenant soin d’éviter les gelées qui pourraient altérer leur développement. On les taille donc en fin d’hiver, en février ou mars, lorsque les fortes gelées sont passées. Les rosiers non remontants se taillent juste après la floraison, courant août.

Méthode de taille :

Les rosiers tiges et les rosiers buissons :
Tout comme pour les arbustes on cherchera à dégager le centre pour permettre le passage de la lumière. La taille consiste à conserver 3 à 7 branches principales.

Il ne faut pas hésiter à supprimer les vieux rameaux pour favoriser l’apparition de jeunes pousses plus florifères. Taillez également les gourmands qui partent du porte greffe.

Pour savoir où couper, comptez 3 à 5 yeux (15 à 20 cm) à partir du point de greffe.

Astuce : Pour différenciez un gourmand d’une jeune pousse vigoureuse comparez les tiges et les folioles. La plupart des rosiers sont greffés sur églantier pour leur donner de la vigueur. Les gourmands poussent à quelques centimètres du rosier, ils sont beaucoup plus épineux et leurs feuilles sont en général découpées en 7 à 9 folioles au lieu des 5 habituels.

Les rosiers grimpants :

Comme pour les autres rosiers, on commence par éliminer le bois mort ainsi que les branches les plus vieilles. Conservez les 5 ou 6 branches les plus vigoureuses elles constitueront la structure de la plante (branches charpentières). Couper les branches latérales sur chaque charpentière à environ 5 yeux (20 à 30cm).

Les vivaces

On trouve une grande variété de vivaces dans le commerce. Si certaines demandent des soins particuliers, il existe tout de même des pratiques que vous pourrez appliquer sur la plupart d’entre elles.

Le vivaces caduques perdront leur partie aérienne en hiver. Elles peuvent donc être rabattues au sol dès la fin de l’automne ou au début du printemps pour laisser place à de nouvelles pousses. Après la floraison vous pouvez aussi couper les fleurs fanées. Vous encouragerez ainsi la sortie de nouvelles fleurs.

Les vivaces persistantes en revanche ne nécessitent pas forcément de taille si ce n’est pour les faire ramifier ou leur donner une forme.